• Cordonnier Audrey

Diagnostic littéraire sur : Le Parfum


«Le Parfum» de Patrick Süskind - Blog littéraire – Bibliothérapia

Ce livre peut délivrer par son odeur nauséabonde, un nez légèrement obstrué.


Synopsis (en 3 phrases) :

Paris, 1783 ; Grenouille naît avec un don olfactif extraordinaire. Le monde des odeurs l'obsède au point de le rendre fou. Il finira par devenir le meilleur parfumeur au monde, mais aussi un tueur en série.


Critique :

Cette lecture m'a totalement laissée perplexe...

«Le parfum» est une histoire éprouvante sur fond de malaise constant.

La première partie est plutôt intéressante avec la découverte du personnage de Jean-Baptiste Grenouille, si incroyablement pathétique, et de son talent olfactif extraordinaire. La seconde partie est juste ennuyeuse et sans grand intérêt. Je n'ai pas vraiment compris ce besoin d'isolement et de repli sur soi du personnage principal, mise à part que cela a accentué sa folie. La troisième est bien meilleure que la précédente, les meurtres en sont le principal sujet. Elle m'a tout de même laissée un goût de : «C'est quoi ce délire ?» avec la scène obscène finale. Et enfin la dernière partie très courte, relativement dégueulasse et incompréhensible qui me laisse carrément un goût de «what the fuck!».

Franchement, je ne sais même pas vraiment quoi en dire. Ce livre n'est clairement pas à ranger dans les romans communs ; mélange de thriller, d'horreur, de fiction, d'histoire, d'érotisme... Un joyeux bordel comme résultat, si vous voulez mon avis !

Je sais qu'il a eu un franc succès mais sincèrement, je ne comprends pas pourquoi.

Je lui ai quand même mis deux étoiles parce que la plume est agréable, c'est clairement bien écrit puisque malgré ma perplexité, impossible d'abandonner la lecture. Les détails sur le pouvoir olfactif de Grenouille sont bien ancrés dans le récit, la description de Paris par ses odeurs est assez magistrale.

Pourtant à la fin, je me suis quand même dit "tout ça pour ça". Alors soit je suis totalement passée à côté du chef d'œuvre que certains dépeignent, soit ce roman a carrément été surcoté ! Je n'ai personnellement ressenti aucune émotion positive, seulement un peu de dégoût et surtout de la pitié pour Grenouille.

Bref, c'est bien fade pour un soit disant "classique de la littérature".


«Et l'odeur pénétrait directement en eux jusqu'à leur cœur, et elle y décidait catégoriquement de l'inclination et du mépris, du dégoût et du désir, de l'amour et de la haine. Qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le cœur des hommes.»


Note : 2/5

©2019 by Cordonnier Audrey.
Proudly created with Wix.com