©2019 by Cordonnier Audrey.
Proudly created with Wix.com

  • Cordonnier Audrey

Diagnostic littéraire sur : Les gens heureux lisent et boivent du café


«Les gens heureux lisent et boivent du café» d'Agnès Martin-Lugand - Blog littéraire – Bibliothérapia

Ce livre peut être un placebo pour certains mais il sera inefficace pour d'autres.

Synopsis (en 3 phrases) : Dans un tragique accident, Diane perds sa fille et son mari. Elle sombrera dans la culpabilité et le chagrin au point de n'être plus que l'ombre d'elle-même. Pour tenter de se reconstruire, elle partira vivre en Irlande.

Critique : Bon, comme ce n'est pas mon genre, je ne vais pas tourner autour du pot et surtout, je vous annonce de suite que je ne vais pas être très tendre...

Je ne connaissais pas l'auteur, je me suis laissé tenter par le titre, relativement énigmatique. Au début, l'histoire dramatique de Diane m'a séduite. Je venais de plonger dans un récit de deuil, de reconstruction de soi donc, dans un récit émouvant et qui allait sûrement me bouleverser.... j'ai très vite déchanté. Dès l'arrivée de notre héroïne en Irlande, pour être précise, enfin au vu des descriptions approximatives du décor, cela aurait pu se passer n'importe où.

Pour la faire courte, on se retrouve vite dans une histoire d'amour passionnelle entre un mec juste imbuvable et une nana qui, après avoir été une vraie loque à cause du drame qu'elle a vécu, deviendra une guimauve. Elle tombera donc amoureuse de ce con comme une midinette succomberait à la tête-à-claques du lycée, pour au final... non, je peux pas vous spolier, mais je peux au moins vous dire que notre héroïne est une vraie girouette capricieuse !

Sérieusement, où sont passés les sentiments de chagrin, de culpabilité, de colère ?! Diane a mis plus d'un an à sortir de son appartement puis elle part en Irlande sur un coup de tête et en deux semaines, on oublie tout ? Je ne dis pas qu'elle n'aurait pas dû s'en remettre, la vie continue bien évidemment, mais pas si vite et surtout pas comme ça ! Et franchement, comment est-ce possible de tomber amoureuse d'un mec aussi... je n'ai pas les mots tellement ce Edward est un fumier de première ! Grossier, violent, taciturne, froid, indécis ; il a clairement tout du Prince charmant dis donc !

Le seul élément qui sauve un peu l'affaire, c'est le personnage de Félix. Alors oui, je l'ai lu d'une traite parce que j'attendais le fin mot de l'histoire en me disant "Non, ça ne peux pas être que ça ?" et bien si, ce livre n'est qu'une histoire à l'eau de rose légèrement absurde et complètement gnian-gnian... Voilà, c'est dit.

Donc ne vous fiez pas aux deux premiers chapitres qui sont les plus intéressants parce qu'ensuite, on bascule dans quelque chose d'assez insipide et superficiel.

«Je faisais tout pour réintégrer le monde des vivants et ne plus sombrer dans des délires paranoïaques.»

Note : 2/5