• Cordonnier Audrey

Diagnostic littéraire sur : Contes de la folie ordinaire

Mis à jour : 6 juin 2019


"Contes de la folie ordinaire" de Charles Bukowski - Blog littéraire – Bibliothérapia

Ce livre ne fera qu'apaiser vos allergies à la morale et à la bienséance.


Synopsis : Ce livre est un recueil de vingt nouvelles écrites, en 1972, par Charles Bukowski sous le titre : «Erections, Ejaculations, Exhibitions and General Tales of Ordinary Madness». Il fût traduit en français puis paru en 1978 sous le titre «Contes de la folie ordinaire». Charles bukowski, d'origine allemande, est un écrivain, poète et nouvelliste, connu sous différents pseudonymes ; entre autres, Hank, Buk, Henry Chinaski... Sa plume est connue et reconnue pour être réaliste, acide, agressive, autobiographique. Elle est le total reflet de la personnalité marginale de l'auteur.

Critique : Alors, parlons peu, parlons bien... Je viens de m'infliger la pire lecture de toute ma vie.... Un peu plus de 250 pages d'histoires aberrantes, parfois incompréhensibles tant l'auteur passe du coq à l'âne, enfin devrais-je plutôt dire du sexe à la bière parce que si vous vous attendez à autre chose, vous allez déchanter... Je ne connaissais pas Bukowski avant ce livre et bien, ce n'était pas une grande perte. Là où certains ont vu un grand écrivain, un génie... Je n'ai vu qu'un obsédé, pervers, misogyne, alcoolique et sûrement atteint du syndrome de Gille de la Tourette ! Ces histoires n'ont de contes que le nom, elles se ressemblent toutes et n'ont sincèrement aucun intérêt... C'est pourquoi je ne suis pas allée au bout... (172 pages ont eu raison de moi et c'était déjà courageux de ma part). Remarquez si j'avais découvert avant le titre original , je n'aurai sûrement pas tenté l'expérience. On ne m'y reprendra plus ! En résumé, les personnages picolent, voir se droguent, "baisent" pour employer le même champ lexical que l'auteur et... c'est tout. Il n'y a rien derrière tout ça, pas de morale, pas de leçon de vie... L'auteur ne fait pas rêver, ne nous apprend rien et ne dénonce rien non plus (Quoi qu'en disent ces bienfaiteurs). C'est le néant derrière un vocabulaire vulgaire pour se donner un genre d'écrivain incompris où je ne sais quoi, désolée mais, cela n'a pas du tout fonctionné sur moi. Je vais vite occulter ce livre de ma mémoire.

«J'ai trouvé une bouteille chez moi et je l'ai vidée, plus quatre canettes de bière, et j'ai gratté mon premier papier. Ça parlait d'une pute de cent cinquante kilos que j'avais baisée dans le temps à Philadelphie. Ça faisait une bonne chronique. J'ai corrigé les fautes de frappe, une branlette, et au dodo...»

Note : 1/5

13 vues

©2019 by Cordonnier Audrey.
Proudly created with Wix.com